Select Page

Des investissements immédiats dans des espaces sûrs pour les femmes inuites sont impératifs, souligne le rapport de l’Enquête nationale sur les FFADA de juin 2019.

OTTAWA, 14 septembre 2020 – Moins de deux semaines avant le discours du Trône, Pauktuutit Inuit Women of Canada demande au Premier ministre Justin Trudeau et à sa Ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, d’inclure un soutien immédiat et tangible aux femmes inuites parmi ses nouvelles priorités de relance.

Spécifiquement, Pauktuutit demande au gouvernement fédéral de faire un engagement immédiat de 20 millions de dollars pour la construction de cinq refuges et bâtiments d’hébergement transitoire pour les femmes et les enfants inuits fuyant la violence, dont quatre à Inuit Nunangat et un à Ottawa.

Compte tenu du fait alarmant que les femmes inuites subissent des violences sexuelles et physiques à un taux 14 fois plus élevé que dans le reste du Canada, les femmes inuites et leurs alliés supplient le gouvernement fédéral de créer ces espaces sûrs depuis plus de deux décennies.

Pour aggraver les choses, la pandémie a rendu la vie particulièrement difficile aux femmes et aux enfants inuits qui vivent déjà dans des conditions de grande vulnérabilité. Leurs conditions de vie sont bien connues par le gouvernement et comprennent le surpeuplement des logements, l’insécurité alimentaire, le manque d’espaces sûrs comme les refuges et les logements de transition, la prévalence des toxicomanies et de l’alcoolisme, et l’omniprésence de la violence à l’égard des femmes et des filles inuites. Tout cela se déroulant dans le contexte des générations de traumatismes enracinés dans le colonialisme.

« Nous sommes sincèrement reconnaissantes de l’engagement positif de la part de nombreux ministres fédéraux concernant cette demande. Au cours des derniers mois, nous avons eu des discussions constructives avec les bureaux de plusieurs ministres, notamment avec les ministres Vandal, McKenna, Monsef, Hussen et Miller », a déclaré la présidente de Pauktuutit, Rebecca Kudloo.

Toutefois, Pauktuutit estime qu’il est grand temps de prendre des mesures concrètes pour améliorer la vie des femmes inuites qui vivent dans l’Inuit Nunangat et dans des zones urbaines.

« La demande de refuges de Pauktuutit est de longue date et le besoin reste urgent. Même le rapport de l’Enquête nationale sur les FFADA de juin 2019 insiste sur cette action. Malheureusement, ces espaces sûrs ne sont toujours pas en place à ce jour, et nous n’avons pas reçu d’engagement pour financer leur construction dans un avenir prévisible », a déclaré M. Kudloo. « Cette situation nous préoccupe énormément et est inacceptable, car nous savons qu’elle continuera à coûter des vies. »

Un large soutien et des investissements en faveur des communautés autochtones ne signifient pas nécessairement un soutien et des investissements en faveur des Inuits. En fait, les communautés inuites n’ont pas droit à un financement pour les refuges dans le cadre du programme de prévention de la violence familiale du gouvernement fédéral pour les femmes, les enfants et les familles autochtones.

De plus, l’annonce faite par le Premier ministre en mai 2020 d’un financement de plus de 85,6 millions de dollars pour la construction et le fonctionnement de 12 nouveaux refuges pour les femmes et les filles autochtones ne comportait aucun engagement ferme de consacrer une partie de cet argent à des refuges pour femmes inuites. En fait, à l’exception de deux refuges destinés à la zone incroyablement vaste qui englobe les trois territoires, le financement est principalement destiné aux zones qui se trouvent en dehors des communautés inuites. 

« Les femmes autochtones ne peuvent être regroupées dans une seule catégorie », a déclaré M. Kudloo. « Bien que nous soyons toujours favorables aux politiques et aux financements qui améliorent le bien-être de nos sœurs autochtones, nous les Inuits, ne pouvons plus nous permettre d’être oubliés comme cela a trop souvent été le cas. Pour une multitude de raisons, notamment notre histoire troublée avec le gouvernement fédéral, l’emplacement de nos communautés et notre culture, nos besoins ont tendance à différer. »

Dans son récent mémoire pré-budgétaire envoyé au Comité permanent des finances (maintenant interrompue en raison de la prorogation du Parlement), Pauktuutit a présenté la demande susmentionnée comme une priorité urgente, ainsi que les deux recommandations suivantes :

  • Que le gouvernement fédéral soutienne financièrement la mise en œuvre des 15 recommandations de Pauktuutit en matière de police visant à améliorer la sûreté et la sécurité des femmes inuites. (Voir le rapport en question, en anglais).
  • Que le gouvernement fédéral soutienne financièrement la création et la mise en œuvre de programmes visant à améliorer le bien-être et la sécurité des femmes et des enfants inuits vivant dans les centres urbains du Canada, notamment en augmentant l’accès à des logements abordables et à des possibilités de formation professionnelle.

-30-

Pauktuutit Inuit Women of Canada est l’organisation nationale à but non lucratif qui représente toutes les femmes inuites du Canada. Son mandat est de favoriser une plus grande sensibilisation aux besoins des femmes inuites et d’encourager leur participation aux préoccupations communautaires, régionales et nationales en matière de développement social, culturel et économique.

Personne de contact pour les médias : 

Antoinette Brind’Amour
613.316.8943
abrindamour@pauktuutit.ca

Share This