Select Page

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
(10 mars 2020, OTTAWA) Pauktuutit Inuit Women of Canada demande d’urgence au gouvernement fédéral de fournir 20 $ millions destiné à la construction de refuges et de logements transitoires de deuxième étape dans l’Inuit Nunangat et à Ottawa pour les femmes et les enfants inuits fuyant la violence.

Lors de son assemblée générale annuelle la semaine dernière, les membres du conseil de Pauktuutit ainsi que les délégués ont adopté une motion à l’unanimité, indiquant que cette mesure était essentielle à la sûreté et la sécurité des femmes et des enfants inuits.

« L’annonce d’un investissement en lieux sûrs pour les femmes et les enfants inuits dans le cadre du Budget 2020 consisterait en une mesure concrète du gouvernement découlant du rapport FFADA de juin 2019, et ferait preuve de progrès sur la voie vers la réconciliation avec les Inuits », dit Rebecca Kudloo, présidente de Pauktuutit.
À l’heure actuelle, plus de 70% des communautés inuites manquent de refuges sûrs, et il existe seulement environ 15 refuges à tout moment qui desservent 51 communautés sur l’ensemble d’Inuit Nunangat. Bien souvent, les femmes et les enfants inuits fuyant la violence doivent donc non seulement quitter leurs domiciles et leurs écoles, mais doivent également quitter leurs communautés et leurs systèmes d’aide aux familles.

Paradoxalement, les communautés inuites ne sont pas admissibles au financement fédéral de refuges dans le cadre du programme pour la prévention de la violence familiale de Services aux Autochtones Canada.

« Tragiquement, dans l’Arctique il y a eu de trop nombreux cas où le manque d’accès à des solutions alternatives sûres a entrainé la perte de vies, note Kudloo. Et pour celles qui arrivent à faire le trajet, la transition de leurs communautés d’origine aux centres urbains est semée de difficultés sociales et économiques, y compris la recherche de logement et d’emploi – sans parler de vulnérabilité à d’autres formes de violence et d’abus ».

Lors de son assemblée générale annuelle, Pauktuutit a discuté de ce besoin vital avec plusieurs membres clés du Cabinet, dont l’hon. Dan Vandal, ministre des Affaires du Nord; l’hon. Marc Miller, ministre des Services aux Autochtones; l’hon. Catherine McKenna, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités; et la députée Gudie Hutchings, secrétaire parlementaire de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural – qui ont tous exprimé une ouverture à la demande.

« Alors que les femmes inuites continuent d’être 14 fois plus susceptibles de devenir les victimes de violence par rapport aux autres femmes du Canada, nous avons espoir que le gouvernement fédéral reconnaîtra le besoin urgent de mettre en place cette infrastructure et de répondre favorablement à notre demande. Il s’agit véritablement d’une question de vie ou de mort, » ajoute Kudloo.
Pauktuutit est l’organisme national sans but lucratif représentant l’ensemble des femmes inuites du Canada. Sa mission est de faire mieux connaître les besoins des femmes inuites et de favoriser leur participation à la vie
communautaire, régionale et nationale au pays en matière de développement social, culturel et économique.

Demandes médiatiques
Antoinette Brind’Amour, directrice des communications
abrindamour@pauktuutit.ca
613‐238‐3977 x267 Cell. : 613‐316‐8943

Share This